AccueilLes actualitésNouveauté librairie – L’Enragé, Sorj Chalandon

Nouveauté librairie – L’Enragé, Sorj Chalandon

Publié le 27 février 2024

En août 1934, le nom de la petite île bretonne de Belle-Île-en-Mer apparaît de nombreuses fois dans la presse. Les journaux racontent à tout va la « mutinerie des enfants de la colonie pénitentiaire ».

En effet, Belle-Île-en-Mer renferme depuis 1880 un bagne pour enfants. Le 27 août 1934, les « colons » se rebellent et s’échappent de leur prison. Une grande « chasse à l’enfant » est alors lancée pour retrouver les évadés. On offre 20 francs par enfant ramené.

Belle-Île-en-Mer, lieu de l'Enragé, nouveauté librairie

C’est à partir de cet événement, qui va fortement marquer Jacques Prévert, que Sorj Chalandon tisse son roman.

Un roman fort, qui mêle histoire personnelle et collective

Parmi les 56 jeunes bagnards qui réussissent à s’évader de la colonie, 55 y sont ramenés. Un seul demeure introuvable. C’est à ce garçon que Sorj Chalandon donne une voix. A ce « fauve né sans amour, [cet] enragé, obligé de desserrer les poings pour saisir les mains tendues » (S. Chalandon, site des éditions Grasset).

Le lecteur le suit dans son quotidien au bagne pour enfants, puis au travers de sa fuite sur l’île. Il rencontre ainsi différents personnages, qui contribuent à construire un portrait multiple de la France et de la Bretagne des années 1930.

Mais Sorj Chalandon n’est pas le premier à prendre la plume pour raconter l’histoire de la révolte. Avant lui, Jacques Prévert l’avait fait à deux reprises.

La révolte racontée par Jacques Prévert

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
Qu’est-ce que c’est que ces hurlements
Bandit ! Voyou ! Voyou ! Chenapan !
C’est la meute des honnêtes gens
Qui fait la chasse à l’enfant
Il avait dit « J’en ai assez de la maison de redressement »
Et les gardiens, à coup de clefs, lui avaient brisé les dents
Et puis, ils l’avaient laissé étendu sur le ciment

Jacques Prévert, extrait du poème Chasse à l’enfant, Paroles, 1946, Ed. Gallimard

Jacques Prévert n’était pas présent à Belle-Île lors de la révolte (même s’il fait une apparition dans le roman, clin d’œil de Sorj Chalandon au poète). Néanmoins, comme de nombreux français, il en découvre l’histoire dans la presse. Il est profondément ému par ce récit et écrit le poème Chasse à l’enfant. Puis, il demande à son ami Joseph Kosma de le mettre en musique et à Marianne Oswald de le chanter.

Il ne s’arrête pas là pour dénoncer l’événement. Entre 1935 et 1936, il écrit un scénario pour Marcel Carné, qui va devenir son acolyte au cinéma par la suite. Le film doit s’appeler L’Île des Enfants perdus. Cependant, la censure s’abat sur le projet qui ne connait un second souffle qu’en 1947 sous un autre nom, La Fleur de l’Âge.

Le tournage débute en avril et s’arrête brusquement en juillet pour diverses raisons. Le film ne verra alors jamais le jour. Mais d’autres artistes après lui porteront l’histoire de la mutinerie de Belle-Île-en-Mer, comme Sorj Chalandon dans son roman aussi enragé qu’émouvant.

Découvrez l’Enragé de Sorj Chalandon dans la librairie de la maison Jacques Prévert. Vous y retrouverez également deux autres ouvrages consacrés au film qui n’a jamais vu le jour, L’Île des Enfants perdus / La Fleur de l’Âge.